Poisson frais

Les nudibranches

 

C'est durant la belle saison que l'on a le plus de chance de voir des Nudibranches. Dès que l'eau commence à se réchauffer, certaines espèces sont alors bien visibles et ceci dès les tout premiers mètres. On m'a récemment demandé ce qu'était un nudibranche. Pour répondre à cette question, et illustrer mes propos, je vais prendre comme exemple deux des espèces les plus communes du coralligène Méditerranéen et déjà présentées précédemment : l'hervia (Cratena peregrina) et le Doris tricolore (Felimare tricolor).

Cratena peregrina

 

De manière très simple, un nudibranche est un mollusque gastéropode marin sans coquille. Il possède sur le dos des appendices appelés papilles, cérates ou tout simplement branchies (car ils ont une fonction respiratoire).

Attention, communément les plongeurs ont tendance à appeler "Nudibranche" tout ce qui ressemble à une limace. Mais c'est un tort. Par exemple la Tylodine jaune (qui possède une petite coquille et une branchie sur le coté) ou la Thuridille (dépourvue de papilles) ne sont pas des nudibranches.

 

Thuridilla hopei

La thuridille (Elysie rayée) n'est pas un nudibranche mais un sacoglosse

 

Selon les espèces, les nudibranches peuvent se nourrir de polypes de gorgones, de bryozoaires, d'éponges ou d'hydraires. Vu la petite taille des nudibranches, un plongeur a plutôt intérêt à chercher leur lieu de "villégiature" pour les trouver.

Dans le cas de l'hervia, on la trouve facilement, dès le printemps, posée sur les hydraires du genre Eudendrium qui lui sert à la fois de nourriture et de lieu de ponte.

Hervia

 

 

La tête des nudibranches possèdent une série de tentacules qui ont différentes fonctions. Le plus souvent ils en possèdent deux paires: Avant tout une paire de rhinophores qui sont des organes olfactifs. La forme de ces derniers permet souvent d'identifier le nudibranche. Ensuite une seconde paire de tentacules proche de la bouche.
Les nudibranches ont des yeux très rudimentaires ne leur permettant de détecter que des variation de luminosité. Ils sont situés prés des rhinophores et en profondeur ... invisibles donc pour un plongeur.

Concernant l'hervia les tentacules buccaux sont longs et effilés. Ils sont translucides à la base et d'un blanc intense à la pointe. Les rhinophores sont lisses, blancs à la base et orangés dans la partie supérieure. Entre les rhinophores et les tentacules, deux taches de couleur orange permettent à coup sur de la reconnaître.

Cratena peregrina

 

 

Selon l'espèce, le dos des nudibranches peut posséder soit un panache branchial en forme de plume autour de l'anus (par exemple chez les doridiens), soit des séries de groupe de papilles (chez les éolidiens). Dans le second cas la respiration se fait directement au travers de la peau des papilles (respiration cutanée).
C'est aussi dans ces papilles que sont stockés les cellules urticantes des hydraires (dans une poche nommée cnidosac). Elles serviront à la défense du nudibranche contre d'éventuels prédateurs.

L'hervia possède jusqu’à 9 groupes de papilles. La queue en est dépourvue. Les papilles sont fines et transparentes. La glande digestive de couleur brun-orange est bien visible à l’intérieur. La partie supérieure des papilles est teintée de bleu. La pointe très effilée et blanche correspond aux cnidosacs.

Hervia

Hervia dont le dos est recouvert de papilles

 

Doris tricolore

Doris tricolore avec son panache branchial déployé

 

Les nudibranches sont hermaphrodites. Ils ne peuvent pas s'autoféconder. Un accouplement avec un congénère est donc obligatoire. Sur le flanc droit des nudibranches, près des rhinophores se trouve une papille génitale. L’accouplement des nudibranches n'est, en fait, qu'un échange de "spermatozoïdes" effectués au travers de cette papille. Les spermatozoïdes du partenaire seront alors conservés jusqu’au moment de la ponte ou ils serviront alors a féconder les œufs.

Felimare tricolor

 

 

 

Dernières mises à jour

Les siphonophores

Les baleines sont les plus gros animaux du monde. Les plus longs sont vraisemblablement les siphonophores. Bien qu'en fait, un siphonophore ne soit pas un seul animal mais une colonie de plusieurs animaux. L'ensemble peut dépasser les 30 mètres ...

Elysie timide

Dès les premiers mètres, dans les lieux à l'abri de la houle, et là où pousse en général les acétabulaires, il est possible d'observer un tout petit hétérobranche: l'élysie timide..

Le grondin strié

Si vous vous aventurez dans le sable vous pourrez voir des poissons, plutôt solitaires, posés sur le fond, qui ressemblent de loin à des rougets. En vous approchant, vous verrez qu'il n'en est rien et qu'ils n'ont pas de barbillons. Il y a forte chance, que se sentant menacés, ils changent de couleur...

Archives

Voir la liste complète des anciennes mises à jour...