Poisson frais

Mois précédent
Mois suivant

Janvier 2004

Dans les eaux chaudes et claires des tropiques, ils construisent les récifs coralliens. Chez nous, en Europe, on ne rencontre principalement que des espèces solitaires et peu de colonies. Les madréporaires sont caractérisés par un squelette calcaire dans lequel les polypes peuvent se retirer. Mais attention ils ne faut pas les confondre avec le corail des bijoutiers qui lui ,est un octocoralliaire

 

 

Voici, le corail jaune solitaire. Il se rencontre sous les parois rocheuses non exposées à la lumière solaire et dans les grottes sous-marines. Le polype est jaune d'or. Les tentacules sont translucides mais piquetées de jaune. Il se nourrit de très petites proies comme des larves de crustacés. On le rencontre partout en Méditerranée. 

 

Voici un autre exemple de « vrai » corail : les Madrépores oeillets. Ils s'implantent eux aussi dans les anfractuosités. Cette espèce est présente dès les petits fonds. Les polypes sont de couleur brunâtre, blanchâtre ou rose. Ils se reproduisent par bourgeonnement jusqu'à constituer de petites colonies. 

 

Une espèce voisine est également très répandue dans toute la Méditerranée : Le clou de girofle. Il se trouve toujours isolé dans des fissures. Il est de taille supérieur et ne constitue pas de petit groupe d'individus. Il a la particularité d'être vivipare. Les polypes sont aussi de couleur variable : blanc, rosé, brun ou vert. Comme l'espèce précédente les tentacules sont renflés au bout (comme si ils avaient de petites massues sphériques).