Poisson frais

Mois précédent
Mois suivant

Juillet 2005

Non, non, non et non! Ce ne sont pas des arbustes en fleurs! Si je me mets à dire cela c'est que l'on m'a fait la remarque pas plus tard que la semaine dernière.
Poussé un peu par les événements j'ai donc décidé de reparler des gorgones.
En Méditerranée, il en existe plusieurs sortes : la gorgone blanche, la gorgone jaune, la gorgone orange, la gorgone rouge et la très rare gorgone verruqueuse. Je vais vous décrire en particulier la " Paramuricea clavata " dite la gorgone rouge, encore nommée gorgone bleue par les plongeurs, et qui, peu présenter de très belles nuances jaunes.

 

gorgones rouges

 

La gorgone rouge (comme ses cousines) est une colonie d'une multitude d'animaux munis de cellules urticantes. Chaque animal (ou polype) possède huit tentacules. La photo ci-dessous vous montre le détail d'une branche de gorgone. On y voit bien les différents polypes. Ils atteignent une dizaine de millimètres.

 

Paramuricea clavata

 

Ces colonies vivent sur les tombants et les surplombs. Elles se rencontrent entre 15 et 100 mètres de fond.
Les ramifications irrégulières de la colonie peuvent dépasser le mètre et forment de véritables filets vivant auxquels les proies de petite taille ont peu de chance d'échapper. Concernant cette espèce, il est important de noter que ces ramifications ne se font que dans un seul plan de l'espace.

 

Paramuricea clavata

 

Étant de véritable filets, les gorgones piègent aussi toute sorte d'objet : plantes mortes, algues et aussi hélas, des sacs plastiques. 

Il y a quelques années toutes celles se trouvant le long du courant ligure se sont mises à mourir . La photo ci-dessous date de cette époque.

 

Paramuricea clavata

 

Après bien des hésitations il a été annoncé officiellement que des bactéries se seraient développées dans l'eau chaude de la mini canicule de cet été là. (bien avant le fameux été noir). Ces bactéries auraient affectées les gorgones de Gènes à Marseille et plus loin peut être... (Je n'ai pas suivi toute l'étude) !

Mais en fait à cette époque, dans les eaux calmes (et bien plus chaudes) mais à l'abri du courant ligure, les gorgones n'ont pas été affectées.
Nous avons eu depuis, des eaux bien plus chaudes durant des périodes bien plus longues et sans développement de nouvelles bactéries c'est à dire sans conséquence.
La destruction quasi-instantanée (deux à trois jours) d'un grand nombre d'animaux (Polypes des gorgones et du corail, éponges et j'en passe ..), le sens de la propagation, les lieux touchés, un grand nombre d'observations et de questions, m'ont toujours fait dire que c'était la conséquence d'une pollution d'origine humaine (vraisemblablement chimique et terriblement toxique) qui a eu lieu dans le golfe de Gènes.

Tourisme oblige, je crois que le résultat des études est parti à vau-l'eau avec nos chères gorgones.

 

gorgones rouges

 

Les gorgones rouges vivent environ une vingtaine d'années. Elles atteignent leur taille maximale au bout de 10 à 15 ans.
Le spectacle sous-marin qu'elles offrent, est des plus fascinant. Et j'aimerais que mes enfants puissent eux aussi savourer le plaisir de découvrir toute la richesse de vie que nous offre la Méditerranée.