Poisson frais

Mois précédent
Mois suivant

Autour d'une photo

En cherchant le mois dernier des photos de comatules j’en ai mise une de coté que je tenais à vous montrer.
Elle a, en elle-même, n’a rien de spécial, à part le fait que l’on y voit une hervia et une comatule. La voici:

 

Hervia et Comatule

 

En fait, cette photo m'a amené à faire quelques réflexions.
 

Tout d’abord beaucoup de plongeurs ont trop tendance à vouloir tout voir et tout de suite. Et, au lieu de prendre leur temps, ils foncent comme s'ils faisaient une course contre la montre. De plus, ils sont souvent sans lampe et parfois bien loin des tombants.
Que peuvent-ils bien voir? Dans notre cas, ils auraient peut-être aperçu la comatule mais jamais l'hervia. Je ne le répéterai jamais assez: Après les incontournables palmes, masque et tuba, la première chose que doit acheter un nouveau plongeur est une bonne lampe. 

La mer est un monde de couleur, il est dommage de s'en priver.

En regardant discrètement la photo, vous penserez peut-être y voir un nudibranche posé sur une comatule. Il n'en est rien. C’est juste l'angle de prise de vue qui donne cette impression.
Regardez bien, l'hervia est en avant plan, sur une "branche" d'Eudendrium. (Pour rappel l'Eudendrium est un hydraire. Elle s'en nourrit). Un petit coup de Gimp et j’aurai pu faire disparaître l'hydraire.

Et là j'en arrive à une autre de mes réflexion. On voit de plus en plus de photos trop retouchées, trop colorées. Elles ne représentent plus du tout la réalité. Et je trouve cela bien dommage. Car le monde marin est un monde réel et non virtuel. Et si on veut montrer sa beauté, il n'est point besoin d’être un virtuose de la retouche d'image. Un peu de passion et de patience suffiront largement.

Si je dis tout cela c’est que depuis quelques années, je suis dégoûté par les photos mises en avant lors du festival de photos sous marine d’Antibes (Attention, je ne parle pas de celles en concours). On y représente partout un monde stéréotypé qui n’existe que dans l’imagination de ses concepteurs et de leurs clients.

Dommage d'en être arrivé là.